« Maman, Papa, j’ai trouvé mon avocat »

« Maman, Papa, j’ai trouvé mon avocat »

Rapport de recherche

Lorsqu’il bénéficie d’un accompagnement dans le cadre de l’Aide et de la Protection de la jeunesse, le jeune voit rapidement nombre d’acteurs se mobiliser autour de lui, de sa famille et de ses familiers. Parmi ceux-ci, des magistrats et autorités mandantes, des avocats spécialisés et des services agréés par le Ministère de la Communauté Française qui se doivent d’être au clair quant à leurs fonctions, leurs missions et leur articulation.

Conscient de cela, le Service Droit des Jeunes de Namur a initié en 2005 une table ronde dans la foulée du Colloque consacré à la relation entre le mineur et son avocat organisé pour les 25 ans des Services Droit des Jeunes. La mise en place d’un groupe de travail constitué des acteurs de terrain concernés par la problématique s’est concrétisée grâce aux préoccupations partagées de représentants de terrain de l’arrondissement de Namur désireux d’améliorer la représentation des mineurs par leur avocat.

La volonté de créer des réponses en vue d’un changement s’est enracinée au fil des années.

Ainsi, ont successivement vu le jour une brochure de présentation sur le rôle de l’avocat du mineur ainsi qu’une affiche, un jeu de plateau et un DVD comprenant une présentation vulgarisée des rôles respectifs des intervenants, des propositions de bonnes conduites et de formations pour la spécialisation des avocats.

Soutenue par l’ASBL SyPa, le Bureau d’Aide Juridique et la Conférence du Jeune barreau de Namur, cette volonté commune débouche aujourd’hui sur une enquête consacrée au droit des mineurs à se faire représenter par leur avocat du point de vue des principaux intéressé, les jeunes. À la suite d’une mise en contexte historique et légale sur le rôle de l’avocat du mineur, sont exposés les résultats portant à la fois sur l’identification et les modalités de contact entre le jeune client et son conseil, sur les attentes du mineur et sur les connaissances effectives que ce dernier entretient.

À la suite des constats succinctement interprétés, le groupe de travail s’autorise à proposer une base de réflexion collective et respectueuse des droits de l’enfant sous forme de recommandations adressées aux différents acteurs participant à la mise en œuvre de la loi de la loi de 1965, du décret portant le Code de la Prévention, de l’Aide et de la Protection de la Jeunesse et des codes de déontologie respectifs.

Ce rapport a donné lieu à l’organisation d’un colloque en Novembre 2019.